Couvent de San José

Il est situé dans le quartier de Santa Cruz dans la rue Santa Teresa et est connu comme le couvent de Las Teresianas, également pour son appartenance à la congrégation des carmes déchaussés. Sa fondatrice naturellement, Santa Teresa de Jesus, curieusement et comme une anecdote que je n’ai jamais connue. Sa construction date du début du dix-septième siècle dans le quartier de l’ancien quartier juif de Séville.

Sur le plan architectural, on peut parler de la porte principale de l’église du XVIe siècle composée d’un vain à linteau sur deux corbeaux et sur laquelle se trouve un tejaroz à structure de bois. Vous y trouverez des peintures murales sur des thèmes baroques classiques tels que La Inmaculada Concepción, San José et Santa Teresa et deux tarcoles avec le symbole de San Elías, l’épée flamboyante et le livre ouvert, le bouclier de l’ordre des Carmélites et la figure du Saint-Esprit. en forme de colombe entre les têtes de chérubins.
La partie intérieure est formée par une nef couverte par une voûte de tonneau avec des lunettes et où se distingue la chapelle principale, avec une structure carrée et une coupole hémisphérique.

En ce qui concerne la façade principale du couvent dont la composition est simple, nous soulignons sa forme de linteau ornée uniquement d’une peinture murale sur laquelle se trouve une petite fenêtre protégée par une forge.
le reste de la façade présente une décoration typique du couvent où plusieurs meules sont insérées. Nous pouvons mettre en évidence les douilles en couleur almagra avec quelques petites fenêtres protégées par des ferrures. Si nous pouvons mettre en évidence dans la zone de la façade latérale un petit retable de tuiles représentant Santa Teresa de Jesus.

L’espace du couvent a subi une grande évolution qui a configuré une organisation complexe autour des espaces ouverts et mange par exemple la boussole, le cloître et le patio de la subpriora étant les principaux et les plus petits comme le patio de la voûte, pour être en dessous, la crypte de la communauté et le patio de la tonnelle associés aux fonctions de service de la cuisine. L’espace a également un jardin à l’arrière, des parterres, avec des espèces d’arbres et des plantes ornementales.
La construction du bâtiment est divisée en deux parties:

Celui qui correspond au palais de la Renaissance, dont la cour est à présent devenue le cloître et certaines de ses dépendances sont devenues les annonceurs, les infirmeries et d’autres aires de service.
L’autre zone correspond à l’église baroque avec sacristie, au choeur bas et aux autres pièces adjacentes.

La boussole est configurée comme un espace ouvert qui rejoint l’objectif externe, l’église et la fermeture et se trouve sur le mur de droite, l’objectif interne où se trouve le treuil.
La configuration du cloître est de forme rectangulaire avec quatre galeries, soit celles du rez-de-chaussée de colonnes de fût cylindrique en marbre à chapiteaux corinthiens. Cependant, dans les galeries de l’étage supérieur, il ressemble à la partie inférieure mais avec une balustrade en marbre. La zone centrale présente un type de création plus moderne, bien que les sockets soient de différentes époques.

Dans le secteur de l’union des deux galeries est l’escalier principal d’accès à l’étage supérieur, construit en 1951 pour remplacer l’original du seizième de dimensions étroites qui est encore préservé.
Au dernier étage, il faut souligner le magnifique lambris avec des linteaux tachés de muqarnas qui le recouvre.
Si nous accédons à l’escalier vers la zone de droite, nous trouvons la salle «High Recreation» qui donne sur le jardin arrière par deux balcons de forme rectangulaire recouverte d’un important plafond à caissons.
Il ne faut pas oublier un auvent intéressant du XVIIe siècle sur une console et l’image de l’Immaculée Conception du Noviciat du XVIIIe siècle.

Ensuite, nous pouvons voir que devant l’escalier se trouve la porte de l’Oratoire, appelée “Cellule de la Sainte Mère” pour la sculpture assise du saint qui y est situé. La pièce a une forme rectangulaire avec un toit plat fait de poutres en bois.

Si nous accédons par l’escalier à la zone de gauche, nous atteignons la bibliothèque recouverte d’un riche plafond à caissons d’ici, nous pouvons accéder à la buanderie située au troisième étage sur le toit de l’extrémité est. De là, vous pouvez accéder à certaines galeries qui conservent des plafonds à caissons semblables à ceux de l’étage inférieur mais avec une décoration picturale très perdue.

La confiscation dans les années 1835 à 1837 exige que tous les monastères comptant moins de 20 religieuses soient fermés. Cependant, les religieuses demandent la protection de la reine Elizabeth II, bien que les problèmes ne restent pas là car elle subit les ravages d’un tremblement de terre et de bombardements.
Dans la première moitié du 900 qui a commencé les travaux de restauration avec la construction de nouvelles cellules et de nouveaux services. Quelques années plus tard, ils ont été fabriqués à partir de la rénovation de bâtiments.