Église de San Julian


Construit dans la première moitié du 14ème siècle. Avec une décoration de stucs l’en-tête de la chapelle a été réalisée entre 1380 et 1407. La chapelle sur l’en-tête droite et la chapelle de baptême ont été construites autour de la fin du XVIIe siècle, le premier dôme couvert de chevrons et de la tour.

Eglise gothique-mauresque, dont l’usine est de forme rectangulaire avec trois nefs divisé en quatre sections séparées par des arcs en forme de pointe qui repose sur des piliers en forme de croix et de la tête polygonale.

Le toit est de construction récente (remplaçant celui brûlé dans les années 30) et la chapelle principale est couverte d’une voûte voûtée et d’une voûte en quart de sphère. La couverture, qui est en pierre au pied de la nef, a une arche évasée, des archivoltes et des baquetones ornés de trois sculptures en pierre sur la partie supérieure. Nous pouvons indiquer que les couvertures latérales sont de structure similaire.
La chapelle sacramentelle est situé à la tête du navire de l’épître et est datée d’environ XVII siècle, avec une couverture initiale ovoïde et aujourd’hui a un plafond lisse orné de rosettes au centre d’un tableau à l’image est intégrée de la Vierge de la glorieuse Hiniesta, une reproduction du 19ème siècle.
Le temple subit les effets dévastateurs des incendies de 1932 et 1936, où une grande partie de ses trésors artistiques d’images et de peintures furent perdus.

Ces dernières années, l’ère islamique abadienne a été découverte dans la maison de la fraternité, peut-être à partir du XIe siècle avec des peintures décoratives en géométrie et bleu ciel étoilé sur blanc dans un magnifique état de conservation.

œuvres artistiques situées dans l’église sont remarquables et on peut citer un retable du côté gauche une Immaculée Conception par Alonso Cano a créé entre 1633 et 1634. Dans cet endroit l’image de l’église de Nuestra Señora del Rosario (1937) est également situé sculpté par José Rodríguez et Fernández-Andes à la confrérie de son nom, qui a été béni le 12 Octobre 1937 à monastère de Santa Paula, en remplaçant le brûlé d’origine dans l’église de San Marcos le 18 Juillet 1936.

Les images du Christ de la Bonne Mort (1938) et de Sainte Marie de l’Hiniesta (1937), qui remplacent les images perdues dans l’incendie de 1936, sont situées dans la partie droite de l’église, œuvres d’Antonio Castillo Lastrucci. Il y a aussi le mausolée du fabricant d’images indiqué ci-dessus, présidé par un groupe sculptural de Pieta réalisé par l’artiste lui-même.

Cette église abrite la Confrérie de l’Hiniesta, qui effectue sa période de pénitence chaque dimanche des Rameaux, le premier jour de la Semaine Sainte à Séville. L’image de la Virgen de la Hiniesta, patron de la Mairie de Séville, préside l’autel principal de cette paroisse depuis 1674.

L’église mudéjar est également le siège de la Confrérie du Rosaire. C’est une fraternité de gloire autour de la Vierge du Rosaire qui, jusqu’aux événements de 1936, a résidé dans l’église de San Marcos. La dévotion à la Vierge du Rosaire dans la paroisse de San Marcos commence au XIIIe siècle, mais la confrérie n’a pas été formellement constituée jusqu’au XVIe siècle.